Françoise Giroud, « Lou : Histoire d’une femme libre »

Françoise Giroud, « Lou : Histoire d’une femme libre »

Un portrait haut en couleur de Lou Andréas-Salomé, l’intellectuelle russe indépendante d’esprit qui rejeta l’amour de Nietzsche, connut la passion avec Rilke et fut l’amie très chère de Freud. Par Françoise Giroud, déjà auteur d’Alma Mahler, Jenny Marx et Cosima Wagner, autant de grands succès.

D’une grande beauté, d’une intelligence supérieure, Lou Andreas Salomé, née à Saint-Pétersbourg en 1861, a été l’une des célèbres séductrices de son temps. Nietzsche, Rainer Maria Rilke en ont été follement épris, Freud a succombé à son charme. L’étonnant est que, si elle aimait les hommes et leur compagnie, elle n’a pas toléré, avant trente-cinq ans, qu’ils l’approchent physiquement. Ce qui, loin de les décourager, les rendait, comme Nietzsche, fous de désir.
Curieusement, bien que des milliers de pages aient été consacrées à Lou dans toutes les langues, ce qu’il faut bien appeler cette infirmité est à peine effleurée, jamais élucidée. C’est un trou noir. Françoise Giroud avance à ce sujet une hypothèse, qui éclairerait le mystère de cette chasteté frénétique. Lou s’est largement rattrapée plus tard, gourmande de « festins d’amour » jusqu’à la fin de sa vie, mais toujours avec des hommes sensiblement plus jeunes qu’elle.

Romancière très appréciée en Allemagne où elle vivait, elle a été l’une des premières femmes libres d’Europe parce que sa plume lui a toujours assuré indépendance matérielle et situation sociale.

Mais son chef-d’œuvre, c’est elle.

0 Commentaires:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *